mercredi 11 janvier 2017

Flou


Voir flou. Se mouvoir pour ne plus s'émouvoir. Se mettre en marche. Passer sous l'argent et l'or des feuilles, des troncs et des nuages. Chercher les mots écrits par d'autres. Entrer en résonance avec les prises de parole des autres. Sourire. Hoqueter même de sourire.
Mettre un pied après l'autre. Revenir sur ses pas sans rien. Se choisir un expédient. Boire et se remplir de chaud. Ouvrir les fenêtres pour se revigorer un peu, se sentir en vie.
Repartir le lendemain. Faire le rond des jours, le refaire encore et encore. Se sentir démunie devant une dizaine d'arbres abattus. Ne pas avoir dit au revoir à ses ombres, témoins de mes efforts.
Se sentir en vie, encore.
Se dire encore qu'il doit y avoir autre choses à faire de sa vie.
Et se perdre à ne pas rêver.
Reprendre pieds. Grâce aux mots des autres. Grâce aux ambitions des autres.


lundi 2 janvier 2017

Qui veut venir?

 
Loupés!
Nous nous sommes loupés cette année. C'était pourtant une grande joie de les revoir, je comptais parler (ça c'est pas nouveau), boire un peu, manger (sans trop de modération), mais aussi rire, chanter, danser... refaire le monde un peu aussi.
Nous étions excités...

Et puis la table est restée presque prête! Nous les avons décommandés, nous avons partagé une autre sorte de contagion, plus redoutable sur le moment, le grippe intestinale. Toute la maisonnée, la même nuit de veillée.


Et la table est presque mise, nous n'y avons pas touchée... Nous n'avons pas fêté notre 31, ni notre 1er!
Qui veut venir?

Problème avec fractions (dont de reste)

Allez, pour se donner du courage, voici sur quoi nous nous penchons en ce moment... une fois que le schéma est fait, reste à bien saisir à quoi correspond la fraction, fraction du tout, fraction du reste... le lutin décompresse (un peu) en illustrant.



Non, non, il n'a pas que travaillé pendant les vacances...

samedi 31 décembre 2016

Illustrer un produit de fractions

Parce que pendant les vacances, même entre les deux fêtes, nous continuons.
Ici illustrer des multiplications et des divisions de fractions en s'aidant d'un schéma. Facile.
Bon, ces leçons (3 pour la multiplication et 2 pour la division qui a la même illustration) n'ont pris qu'un quart d'heure. Une fois compris, cela va très très vite!

1er exemple:
3/4 x 3/5 = ?
Il suffit de compter les cases les plus colorées sur la totalité: 9/20


2eme exemple:
2/3 de 3/4 = ?
2/3 x 3/4 = ?
Il suffit de compter les cases les plus colorées sur la totalité: 6/12 = 1/2
(2x3)/(3/4) = ?



***
Si vous avez un doute pour la division,
2/3 divisé par 3 revient à illustrer 2/3 x 1/3 ou 1/3 de 2/3.

***
Et puis, le lutin fait aussi d'autres choses, jeux (et de plateau), décorations (et éphémère) et préparation de fruits déguisés pour ce soir.


samedi 24 décembre 2016

Joyeux Noël à tous

*source

Que ce temps de pose soit synonyme de chaleur, d'amitié... bien plus que de famille.
Qu'il vous apporte la lumière qui vous fera tenir encore et encore même par temps froid, même par temps gris... 

... et joyeux début de Hanukkha

dimanche 18 décembre 2016

Faire d'un exposé un investissement personnel - Mexique

Il a choisi avec son binôme de parler du Mexique. Parce que l'exposé n'est pas encore cloisonné en terme de matière et il pouvait parler mythologies, légendes et anciens peuples.


Le puzzle du monde, puis le globe terrestre plus tard, le Mexique était situé dans son continent, avec ses frontières terrestres (États-Unis, Belize et Guatemala) et ses océans limitrophes. Ce pays en forme de tête d'éléphant à la trompe en l'air se matérialisait.


Bien-sûr les livres furent de sortie, de notre bibliothèque familiale ou de celle de la commune. En commençant toujours par un passage dans le fabuleux "Cartes, voyage parmi mille curiosités et merveilles du monde" d'Aleksandra MIZIELINSKA et Daniel MIZIELINSKI, dont j'avais parlé là, et le voici avec déjà plein d'idées en tête.


Beaucoup de matière à discussion et découvertes et les voici choisissant chacun un axe. Le petit d'homme s'est intéressé aux Aztèques et Mayas (à ne pas confondre avec les Incas). La civilisation Maya ayant périclité en partie à cause des Aztèques. Hernan Cortès découvrant le Mexique en suivant les pas de Christophe Colomb, se liant aux peuples pré-colombiens (pas avant la Colombie mais bien avant Christophe Colomb), pour combattre les Aztèques. Le tout en suivant leurs voyages dans le superbe "Atlas jeunesse des grandes découvertes" de Peter MORTER.


Puis ce fameux drapeau vert/blanc/rouge à l'aigle dévorant un serpent à sornette sur une branche de figuier de barbarie en fleurs aux piquants symbolisant le nombres d'états mexicains, lui même poussant sur un rocher au centre du lac Texcoco, sur lequel se situe l'actuel Mexico.
Ces Aztèques venaient du Nord vers le lieu de la prédiction: Quetzalcoatl, le roi nomade et mort, reviendrait à la vie là où l'aigle attraperait le serpent. Ils y montèrent leur cité, Tenochtitlan, devenu Mexico avec les espagnols.
Des "C'est pas sorcier" visionnés,




des petites minutes de Pok ta pok plus tard (vous savez ce jeu de balle où seuls les hanches, coudes, épaules et genoux peuvent toucher la balle pour la faire passer dans un immense année de pierre sur le mur latéral, avec pour les vaincus, une partie de l'équipe offerte en sacrifice)... 


Pok ta Pok - Mayan Ball Game from Zona Abisal on Vimeo.


Il était prêt, enthousiaste. Et bien-sûr des dessins...


Et le tout oublié dans les couloirs de l'école et peut-être perdu...


lundi 12 décembre 2016

Lectures du soir... dépaysement garanti (oui, oui même dans cette Bretagne-là)

Quel plaisir de partager encore des lectures à voix hautes. Il y a bien eu un arrêt demandé, deux jours plus tard, le lutin m'a dit qu'en fait, cela lui manquait trop. Alors je reprends du service même si le rhume de ce soir ne m'aide pas à donner le ton et qu'il m'épuise... bon de toutes façons il s'est endormi au premier chapitre...


Nous avons adoré suivre les aventures du jeune Arthur, avant qu'il ne devienne roi avec cette version qui me ravit "La grande épopée des chevaliers de la Table ronde" de Sophie LAMOUREUX et illustré par Olivier CHARPENTIER. Comme les feuilletons mythologiques proposés par Murielle SZAC dont je vous ai souvent parlé, ce livre propose 50 chapitres courts, finissant par une accroche et reprenant en tous points les éléments essentiels à une lecture à haute voix. Beaucoup de dialogue, de la longueur de mise en situation.
C'était bon, nous attendons avec impatience la suite (et je reparlerais de ce livre bientôt).
Le lutin lit un autre "Merlin" de T.A. BARRON et je vous recommande "Arthur, roi d'hier, roi de demain, l'univers des chevaliers de la table ronde" de Kevin CROSSLEY-HOLLAND, pêle-mêle extra sur les différents éléments, historiques, bibliographiques, anecdotes, chevaleresques, Moyen-Age etc...

***

Nous passons à une autre lecture culture. Finie Grande-Bretagne et le Moyen-Age, place à des aventures maritimes et des découvertes du monde... A nous, Sindbad!
Bon, le lutin s'est endormi à la rencontre de Sindbad le marin et de Sindbad le Portefaix... je vous en reparlerais plus avant une autre fois.


Et moi, je lis des versions plus adultes... La  Shérazade de TOPPI, "Sharaz-De", aux quelques nuits reprises et modifiées à la guise de l'auteur. Frédéric CLEMENT proposant une histoire plus avant "L'histoire du portefaix avec les jeunes filles" ou encore la version, un peu surannée et pas la plus moderne, traduite par Mardrus et mise en image par Kees VAN DONGEN... ou la version traduite par Antoine GALLAND... à suivre aussi.

samedi 3 décembre 2016

Bientôt un nouvel exposé

Des documentaires ouverts, lus, d'autres visionnés, de liens entre les uns, les autres... des envies de dessins pour le lutin. Nous n'attendons plus que son binôme pour partir en Amérique centrale.


J'adore mon boulot de maman documentariste (non-professionnelle bien-sûr)... et j'ai surement d'autres livres à rajouter...

Ajout du 18/12: le Mexique


mardi 29 novembre 2016

Aides aux leçons

Toujours, encore, je cherche des méthodes qui permettront au lutin d'apprendre avec le plus d'efficacité possible. Il suit une scolarité normale et je lui rajoute des apprentissages. De moins en moins éloignés de ses leçons. Nous entrevoyons ainsi comment faire des recherches et en garder les éléments réutilisables une autre fois. Ou comment apprendre une leçon.


J'avais acquis, pour ce faire, le dernier livre d'Anne-Marie GAIGNARD "Hugo et les secrets de la mémoire".
Dans une histoire fantastique et futuriste de Hugo avec sa famille aux prises avec une scolarité difficile. Un secret conservé, dangereux et pourtant salvateur: un livre sur le chiffre 7.


Et la théorie des découvertes neurologiques sur la mémoire et ce chiffre. L'auteure propose alors plusieurs mises en place de leçons pour qu'elles soient plus accessibles.


Le point majeur est le rythme proposé. La concentration est ainsi ciblée et l'élève peut se détendre assez rapidement. Il est toujours question d'une certaine kinésie (lever le bras, debout etc...) et aussi d'un sens logique d'apprentissage (dans le sens des aiguilles d'une montre).



Nous avons déjà utilisé son rythme et sa roue horaire.
Ce qui nous sert le plus en ce moment est le livret pour apprendre une leçon. Elle demande un investissement conséquent au départ mais rapidement profitable pour le temps de mémorisation et "digestion" de la leçon.

Une feuille pré-pliée pour donner 8 cases. Le lutin remplit déjà les cases de gauche de haut en bas, recto et verso, puis celles de droites et enfin découpe le tout et les agrafe. Il utilise son livret comme une anti-sèche pour une révision en autonomie.
La première case est consacrée au titre.
A chaque case suivante:
- au recto, un dessin complétement personnel représentant la notion avec le moins de mot possible. Ou voir des rébus pour retrouver les informations.
- au verso, la question qui permet de retrouver le recto.


Ici pour la leçon sur la matière. L'eau a déjà fait office d'un petit livret, voici pour l'air.
Il lit sa leçon, y ressort les éléments importants et les répartit en 7.


Par exemple:
- sa case 2: recto avec des dessins de gaz ajoutés, d'une planète et d'une atmosphère et un nez; verso: qu'est-ce que l'air? La réponse orale sera: une substance faite de gaz contenue dans l'atmosphère terrestre que les animaux et humains respirent.
- sa case 3: recto avec symbole différent du vide, main et œil barrés; verso: Est-ce que l'air est du vide? Non, l'air est différent du vide même s'il ne se voit pas et est impalpable
etc...


Cela permet aussi de compléter avec de micro-détails la leçon, comme une approche des symboles (même si la part belle est faite à l'imaginaire de l'enfant) comme celui du pétrole ou les atomes (diazote: 2 d'azote, dioxygène: 2 d’oxygéné). Je ne l’embête pas, par contre, sur l'orthographe autre que pour le lexique à apprendre par cœur (ici compressible par exemple).

Paris la belle


... des kilomètres et des kilomètres avec du piquant aux yeux et aux joues...


... s'en éloigner pour marcher encore plus...


jeudi 24 novembre 2016

Ecrire un portrait

Au cours de cette année, les deux maîtresses de CM2 du lutin se succèdent et apportent énormément de matière (texture) à l'apprentissage scolaire. Entre autre une première approche de l'écriture romanesque. Le premier thème était le portrait. Le sacripant n'était pas prêt. Nous avons dû jouer pour provoquer l'imaginaire et délier sa langue.

*source "le Yark" de Bertrand Santini (dont je parle là)

Il lui fallait mettre en scène 3 éléments obligatoires:
- aspect général
- traits physiques
- qualités et défauts
Le premier point fait en classe: trouver des exemples de description de nez, d'yeux, de bouche, de visage, de silhouette, de défauts, de qualités...

De notre côté, nous avons joué à "Devine à qui je pense" en faisant le portrait d'un personnage de cinéma, bande dessinée, livres. Dire le plus de choses possibles sans donner d'indices: "je pense à un ogre vert" était alors malvenu! Les actions arrivaient en dernier car elles racontaient trop l'histoire. Ainsi que leurs créateurs ou "format" (animé ou non etc). Nous nous aidions de terme comme fictif/réel, héros/méchant, humain/non-humain, solitaire/accompagné, et de toutes leurs passions et envies. A tour de rôle dans le métro et les transports en commun... Charlie Chaplin, Shrek, Blanche neige ou le Yark (bien-sûr)
Grâce au pack "La fabrique à histoires" de Bernard FRIOT dont j'ai parlé ici, le petit d'homme a décrit des personnages déjà imaginés visuellement.
Avec le même matériel,  le chenapan s'est exercé à inventer des personnages (homme, femme, enfant, animal; bricoleur, polyglotte, "se ronge les ongles", "est champion de rodéo", "adore la glace à la tomate"...)
Toujours en suivant Bernard FRIOT, il a aussi imaginé une partie de la vie de ses personnages : héros? meilleur ami? musique préférée? souvenir heureux de son enfance? etc...

Il lui faudra, par la suite, le faire parler... mais c'est une autre histoire...

***
Et parce que j'adore ce portrait:
" Imaginez la nuit dotée d'une voix. Ou bien le clair de lune s'adressant à vous. Ou imaginez encore que l'encre ait des cordes vocales. Donnez à ces choses un visage fin aux traits aristocratiques et aux sourcils en pointe, de longs bras et de longues jambes, et vous saurez ce que la fillette aperçut quand elle fut extraite de son étui à violoncelle pour être mise à l'abri. Charles Maxim - ainsi se prénommait son sauveur - décida, en soulevant l'enfant de ses grandes mains, les bras tendus comme s'il s'agissait d'un pot de fleurs percé, qu'il la garderait."
(extrait de "Le ciel nous appartient" de Katherine RUNBELL, éditions Les grandes personnes)

mardi 22 novembre 2016

Mords-lui l'oeil

Ce billet ne devait pas arriver après les deux derniers. C'est très amusant de voir comment fonctionnent nos réflexions. Des instantanés ont pris le pas à ce billet plus personnel.

Cela fait quelques mois que je me suis remise au sport. Une volonté sur le tard, une volonté comme une dernière touche au portrait. Ce n'est pas tant que je ne me remette plus en question mais j'ai l'impression de connaître déjà certains chemins, je déambulerais doucement, à mon rythme. Et celui-ci je l'ai déconstruit, pavé après pavé. D'une fille normale je suis devenue hors norme, brusquement puis inlassablement, volontairement. J'en ai déjà parlé.
Alors oui, je me suis remise dans un cercle vertueux, un parcours de santé. Un programme, FITNEXT suivi depuis près de 5 mois. Je ne compte pas arrêter. Je vais de l'avant. Je prolonge la dernière semaine des 40 jours de défi. Je ne me suis toujours pas inscrite au site de coaching en ligne. Je ne suis pas si pressée. Enfin...


Et il y a eu le palier. Ce fichu, bordél. , punais., palier! Toujours dans le même élan, plus rien n'était apparent. Les muscles ne chauffaient plus autant, le gras ne devenait plus cette masse informe, mole et grumeleuse, tant convoitée ces derniers-temps, mais restait dense et dure. J'ai bien prévu de faire encore plus. Achat de sangles (mais novice en la matière, je n'ai pas pris la version élastique!). Trop étant l'ennemi du bien, me voici avec une douleur au muscle du bras. Je les ressortirais plus tard.

Reprendre l'enthousiasme. Comme dit l'homme: "Mords-lui l'oeil!"
Voilà, cela revient. La musculation redevient lente et plus concentrée sur la contraction musculaire. Mes mains se remettent à trembler à la fin du programme (bon signe, c'est adrénergique!).

***
Puis, à la semaine 6 de la détox Fitnext, je rajoute des abdominaux en isométrie ( le jour de marche nordique seule et les jours sans rien...). Ce sont des contractions douces faites en suivant la respiration. Elles n'ont l'air de rien mais travaillent bien la sangle abdominale et sont parfaites pour ne pas me faire mal aux lombaires.


Et quelques gainages supplémentaires:


C'est suffisant pour moi à ce stade de ma reprise en main. J'ai d'autres pistes pour plus tard (Hiit et Trx...) . Et non, pas d'inquiétude, je ne vais pas me transformer... ni en madame muscles, ni en fitness woman... Juste pallier le sharpei en moi.

Se parler...

Cela pourrait paraître surfait mais j'y crois... petite Vanessa, j'y crois!



dimanche 6 novembre 2016

Matin tranquille

... de la musique dans les oreilles, appréciée par tous (après Xixa ou Matthieu Duplessy et les violons du monde), "Certains l'aiment Fip", un spécial enfants (datant tout de même de décembre 2015, merci podcast) ... 


Je vous mets un extrait: la berceuse d'Azur et Asmar que nous ne trouvons pas en version originale... juste parce que mon modèle des Mille et une nuits (plus bas) s'y prête bien.




et du dessin tiré d'un manga pour lui, d'une bande dessinée avec un as de la hachure, "Sharaz-de" de Toppi, pour moi.


L'automne est le mois propice aux premiers cocoonings, aux atmosphères douces, aux jeux... avant d'oser affronter les frimas en cours d'après-midi.


Le sacripant en est à son second, je m'arrête là, frustrée, c'est ce qui arrive quand l'on tente de recopier du très bon sans toucher au crayon régulièrement.

Rajout:
Il a fallu que je le refasse encore...

 

lundi 31 octobre 2016

Samain

Ce n'est pas tant Halloween qui me tente (j'y préfèrerais le jour des morts mexicains) mais la fête celtique. Se dire que nous pourrions entrer dans la nouvelle année le moment où la terre est la plus en veille, où il fait le plus nuit... attendre que dans ses profondeurs elle nous offre le meilleur. Elle couve, elle grossit de la nouvelle végétation à venir, de tous les possibles.

*source Jean-Baptiste Monge, mon dessinateur préféré de cette forêt celtique, embrumée, féérique où le mystère est aussi enfantin que très terrien.

Faire un feu pour l'éteindre et en refaire un nouveau, pour le renouveau. Fermer la porte au passé, l'ouvrir aux joies nouvelles. Un peu plus près de la nature, un peu moins au matériel. Les morts dans tout ça! Je veux bien penser à eux, doucement, pour ce qu'ils ont construit en moi, pour ce qui transpire dans mes réactions, pour le fil ténu qu'ils nous ont offert... pour me rappeler ce que je leur doit. D'ailleurs, ne se rappeler que le beau... le visqueux est beaucoup plus une affaire de frayeur à se créer, pour en jouer, pour la dépasser.
Pas d'Halloween, plutôt un Samain (click pour une petite histoire des fêtes)... suivre le dieu Dagda, Dieu de tous les dieux celtes, dieu de la fertilité, croire en ce renouveau.

*source "Chronologie une histoire du monde" de Peter Goes

***



Faire une virée à Paris (maintenant que nous ne sommes plus parisiens), pour se faire poser un lapin par un presque lapin japonais. En profiter pour voir le vert des hauteurs. Oui Paris est aussi végétal, il faut souvent savoir où regarder, mais tout de même.
Et se dire que si nous fêtons Halloween, ce sera avec eux. Ceux partis en Californie pour un temps, A. et N., enfin revoir les enfants, A. et L., découvrir C. et se dire que décidément je ne les connais malheureusement pas, que je les vois grandir en photos, en vidéos, derrière leur maman qui parle et savoir que je ne suis pas celle que j'aurais aimé être pour eux. Se dire que la vie réserve des merveilles, y croire et se dire qu'il ne tient qu'à moi d'être quelqu'un pour eux.


Et pour ceux qui veulent avoir peur, voilà une proposition du lutin.


lundi 24 octobre 2016

Thés de Tunisie


Ils sont arrivés hier les bras chargés... de livres bien-sûr... et d'un symbole du partage et de la convivialité maghrébine.
Non non pas de narguilé (nous en avons un qui ne sert pas, les fumeurs se sont arrêtés ou sont passés au vapotage et pas de fumeur à la maison... même si j'adore l'odeur de ce tabac miellé). Mais un plateau et son service à thé.
Un immense plateau d'argent, la théière aux proportions de partage, les verres et ce mrach (une chanceuse dans laquelle on met de l'eau de fleur d'oranger).
Bien-sûr ils sont arrivés avec le thé (pour être sûr d'avoir celui qui convient parce que sinon ils font confiance dans le contenu de mes placards), la fleur d'oranger (pour cela aussi ils auraient pu faire confiance au contenu du placard) et des pignons de pin.

Il restait un peu de menthe sur mon balcon. Et nous voici entre femmes à faire bouillir l'eau et le thé. A aérer le thé dans la théière avec la menthe fraiche et le sucrer, l'allonger ou le diluer en fonction de son amertume et astringence. Pas de photo, non, nous profitions.
Ce fût un thé vert à la menthe, aux pignons et gouttes d'eau de fleur d'oranger facultatifs: un tey akhdar. Je fus du service, au mètre, monter très haut la théière et redescendre tout en servant pour aérer et faire mousser le thé.
Nous aurions pu le parfumer aussi à la cannelle, la sauge, la verveine ou à l'absinthe (chiba).


Mais quelle surprise de découvrir qu'en Tunisie, un autre thé était préparé. Un thé très très longtemps infusé (bouilli): un thé rouge tunisien, tey ahmar (oui, oui, il s'agit bien du thé rouge/noir comme le nomme les chinois et non du roobois: sûrement un ceylan) avec un trait d'eau de géranium (ou aux feuilles de géranium), aâtrichiya. Ce sera pour leur prochaine visite.

"Dans la Haute-Medjerda, rares sont ceux qui se contentent de boire un verre ou deux le soir; certains douars sont réputés pour leurs buveurs de thé; on cite ce fellah qui a vendu l'héritage de son père, morceau par morceau, pour satisfaire sa passion; lorsqu'il n'eut plus de terre, il se fit marchand ambulant." (extrait de "Boissons et civilisations en Afrique" de Alain Huetz de Lemps)

***
Au fait, merciiii!